Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Utilisation de ce post
Ven 24 Juin - 9:34 par Admin

» Carte Spéciale de Priorité pour l'Occupation d'une place assise
Mar 7 Juin - 9:20 par papillon41

» Test en tant que lil
Lun 30 Mai - 10:07 par Invité

» test en tant que liliane
Lun 30 Mai - 10:06 par Invité

» une bretonne arrive
Jeu 26 Mai - 23:36 par Admin

» Témoignage de Bernadette Joris.
Sam 14 Mai - 7:52 par papillon41

» Vivre avec la douleur pour seul horizon
Lun 9 Mai - 3:54 par Admin

» Prévenir plutôt qu’assurer
Lun 9 Mai - 3:53 par Admin

» signature
Sam 30 Avr - 3:50 par Admin

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Un témoignage belge sur la fibro.

Aller en bas

Un témoignage belge sur la fibro.

Message  Admin le Mer 15 Déc - 9:38

TELLIN: VIVRE AVEC LA FIBROMYALGIE
publié le 18/03/2010 à 07h08

Annie Henrard et Régine Bolle doivent composer avec la maladie. N.HN

chapeau a écrit:
La fibromyalgie est une maladie invisible mais terriblement handicapante. Annie Henrard et Régine Bolle, deux Tellinoises témoignent.

Rédaction en ligne

“ J’étais quelqu’un de très actif. Après avoir exercé la profession de surveillante dans une école, j’ai travaillé dans la restauration. J’adorais mon travail ”. Régine Bolle vit à Tellin. Sa vie a basculé en 2000 lorsqu’elle a été diagnostiquée fibromyalgique. “ Après une dépression, j’ai souffert d’une grosse fatigue. Je ne parvenais pas à me remettre. J’ai donc fait une série d’examens qui ont permis de voir de quelle maladie je souffrais ”. Aujourd’hui, Régine ne travaille plus. Le mal dont elle souffre est diffus. “ La douleur est difficile à localiser. Cela va des cheveux jusqu’au bout des orteils ”, exemplifie-t-elle.
Annie Henrard, quant à elle, a connu presque le même parcours. “ J’étais aide-soignante et comme Régine, j’adorais mon travail. Le contact avec les personnes âgées me manque terriblement. Je faisais également partie de toutes une série de comités dans le village. Depuis que j’ai été diagnostiquée fibromyalgique, en 2002, je ne sais pratiquement plus rien faire. Je reste couchée, la plupart du temps dans mon canapé ”.
Au fil des mois, les relations nouées avec l’extérieur se sont effilochées. “ Cette maladie est invisible. Beaucoup ne comprennent pas, ont l’impression que nous n’avons rien. Pourtant, au quotidien, nous ne savons presque plus rien faire et nous vivons presque comme des recluses ”, signalent-elles.
Contre la douleur, les antidouleurs constituent l’un des principaux remèdes. “ Je prends aussi de la morphine”, ajoute Annie. À cela, les deux femmes ajoutent des relaxants et des antidépresseurs. Et lorsque le traitement ne suffit plus, elle retourne chez le spécialiste pour tenter autre chose. “ Mais il faut à chaque fois courir à Mont-Godinne ou à Liège. Et maintenant, il faut près de sept mois pour avoir un rendez-vous... ”, regrettent les deux femmes.
La clinique de la douleur installée à Libramont constitue toutefois une belle alternative. On en parle également, ce jeudi, dans La Meuse Luxembourg
avatar
Admin
Admin

Messages : 635
Date d'inscription : 15/12/2010
Age : 64
Localisation : Belgique

http://chestrolaise22.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum