Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Utilisation de ce post
Ven 24 Juin - 9:34 par Admin

» Carte Spéciale de Priorité pour l'Occupation d'une place assise
Mar 7 Juin - 9:20 par papillon41

» Test en tant que lil
Lun 30 Mai - 10:07 par Invité

» test en tant que liliane
Lun 30 Mai - 10:06 par Invité

» une bretonne arrive
Jeu 26 Mai - 23:36 par Admin

» Témoignage de Bernadette Joris.
Sam 14 Mai - 7:52 par papillon41

» Vivre avec la douleur pour seul horizon
Lun 9 Mai - 3:54 par Admin

» Prévenir plutôt qu’assurer
Lun 9 Mai - 3:53 par Admin

» signature
Sam 30 Avr - 3:50 par Admin

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


La charte du patient en Belgique

Aller en bas

La charte du patient en Belgique

Message  Admin le Dim 19 Déc - 0:01

Quels sont les droits du patient ?

La loi relative aux droits du patient prévoit:

1. Une prestation de services de qualité

2. Le libre choix du praticien professionnel

3. L'information relative à l’état de santé personnel

4. Consentement à toute intervention du praticien professionnel

5. Un dossier tenu à jour, avec la possibilité de le consulter et d’en obtenir copie

6. La protection de la vie privée

7. L’introduction d’une plainte auprès de la fonction de médiation compétente



1. La prestation de services de qualité

Chaque patient reçoit au vu de ses besoins, les meilleurs soins possibles en fonction des connaissances médicales et de la technologie disponible. Les prestations sont dispensées dans le respect de la dignité humaine et de l’autonomie du patient, sans la moindre discrimination fondée sur classe sociale, orientation sexuelle ou conviction philosophique.

Les soins visant à prévenir, traiter et soulager la douleur physique et psychique, font partie intégrante du traitement du patient.



2. Le libre choix du praticien professionnel

Le patient choisi lui-même un praticien professionnel et il peut toujours revoir son choix.

Mais la loi ou des circonstances propres à l’organisation des soins de santé peuvent parfois limiter ce libre choix (ex. lors de l’admission forcée d’une personne atteinte de maladie mentale ou de la présence dans un hôpital d’un seul spécialiste).

D’un autre côté, tout praticien peut refuser de dispenser des services à un patient pour des raisons personnelles ou professionnelles, excepté en cas d’urgence.

Dans le cas où le prestataire se dégage de sa mission de soins, il doit néanmoins veiller à en assurer la continuité.



3. Le droit à l'information relative à l’état de santé personnel

Le praticien communique au patient toutes les informations nécessaires pour comprendre son état de santé (il s’agit du diagnostic, même s’il est négatif) et son évolution probable.

Le prestataire de soins indique aussi le comportement à adopter en conséquence (ex. il existe des risques en cas de grossesse).

Comment le patient est-il informé ?

Le praticien communique l’information oralement dans un langage clair et adapté au patient.

Le patient peut aussi demander à confirmer cette information par écrit.

Le patient peut désigner une personne confiance pour l’assister ou demander que l’information soit communiquée à cette personne. Le cas échéant, le prestataire de soins note dans le dossier du patient que l’information a été communiquée à ou en présence de cette personne de confiance ainsi que l’identité de celle-ci.

La personne de confiance : un membre de la famille, un ami, un autre patient ou toute autre personne désignée par le patient pour l’aider à obtenir des informations sur son état de santé, à consulter ou à obtenir copie de son dossier ainsi qu’à porter plainte

Pour la désignation d’une personne de confiance, la Commission fédérale "Droits du patient" a émis un formulaire. Le patient peut utiliser ce formulaire ou préférer une autre formulation.

Le patient ne souhaite pas connaître l’information

Le praticien respecte le souhait du patient de ne pas être informé, excepté si son refus peut sérieusement nuire à sa santé ou à la santé de tiers (ex. une maladie contagieuse).

L’information risque de causer un préjudice grave à la santé du patient

De manière exceptionnelle et temporaire, le praticien peut décider de ne pas communiquer certaines informations au patient s’il estime qu’elles risquent de causer à ce moment un préjudice sérieux à la santé du patient.

Dans ce cas, le praticien doit :

· consulter un autre praticien professionnel

· motiver sa décision dans son dossier de patient

· informer la personne de confiance que le patient a éventuellement désignée



4. Consentement à toute intervention du praticien professionnel

Avant d’entamer un traitement, le praticien doit obtenir le consentement libre et éclairé du patient à celui-ci.

Cela implique que le praticien doit avoir clairement informé le patient des caractéristiques de l’intervention envisagé, à savoir :

· le but de l’intervention, le degré d’urgence, la durée, les effets secondaires, les risques, le suivi, etc.

· le coût financier (honoraires, tickets modérateurs, suppléments, etc.)

· les alternatives éventuelles

Lorsqu’il est impossible de discerner la volonté du patient ou de son représentant (ex. un cas d’urgence), le professionnel pratique toutes les interventions nécessaires et fait mention de cette situation dans le dossier du patient.

Comment le patient consent-il ?

Le consentement est exprimé de manière verbale par le patient ou déduit de son comportement par le praticien.

Le patient peut donner son consentement à certaines conditions (ex. arrêt d’un traitement de chimiothérapie en cas d’échec).

D’un commun accord, le patient et le praticien peuvent fixer le consentement par écrit et l’ajouter dans le dossier du patient.

Si le patient refuse ou retire son consentement

Le praticien professionnel respecte le refus ou le retrait du consentement du patient aussi longtemps que le patient ne l’a pas révoqué.

Néanmoins, le praticien continue à dispenser des soins de qualité (ex. poursuite des soins corporels de base à un patient qui refuse de boire et de s’alimenter).

Le patient ou le praticien peut demander que le refus ou le retrait du consentement soit indiqué dans le dossier du patient.

Lorsque le patient se trouve dans un état de santé l’empêchant d’exprimer sa volonté (ex. coma, maladie mentale dégénérescente), le praticien doit respecter la déclaration de volonté anticipée rédigée par le patient lorsqu’il était encore à même d’exercer ses droits.

Cette déclaration de volonté anticipée :

· peut contenir le message que le patient refuse de donner son consentement à une intervention déterminée

· est préférablement rédigée en présence d’une tierce personne (ex. un praticien) afin d’éviter des dérives d’interprétation

· n’est pas limitée dans le temps, à moins d’une révocation par le patient à un moment où il est en mesure d’exercer ses droits



5. Un dossier tenu à jour, avec la possibilité de le consulter et d’en obtenir copie

Le praticien tient à jour et conserve en lieu sûr un dossier pour chaque patient.

Ce dossier contient des données sur l’identité du patient et des informations médicales (ex. résultats d’examens, diagnostics). Le patient peut demander au praticien d’y ajouter certains documents (ex. un document désignant une personne de confiance ou un mandataire).

Si le patient change de prestataire de soins, il peut demander le transfert de son dossier de patient afin d’assurer la continuité des soins.

Comment le patient peut-il consulter son dossier ?

Le patient peut demander (oralement ou par écrit) au praticien à consulter son dossier.

Le patient peut désigner par écrit une personne de confiance (un praticien professionnel ou non) afin de consulter le dossier avec le patient ou à sa place. La requête du patient et l’identité de la personne de confiance sont ajoutées au dossier de patient.

Pour la désignation d’une personne de confiance, la Commission fédérale "Droits du patient" a émis un formulaire. Le patient peut utiliser ce formulaire ou préférer une autre formulation.

Dès la réception de cette requête, le prestataire de soins a un délai de 15 jours pour présenter le dossier au patient, à l’exclusion :

· les annotations personnelles du praticien

· les données relatives aux tiers

· les données lorsque le praticien a exceptionnellement estimé qu’elles pourraient constituer à ce moment un préjudice sérieux pour la santé du patient ;

dans ce cas, seul un praticien professionnel désigné par le patient pourra consulter le dossier, les annotations personnelles y inclus

Comment le patient peut-il obtenir une copie de son dossier ?

Dans les mêmes conditions que celles prévues pour la consultation, le patient peut demander une copie de son dossier sur un support papier au prix maximum de 0,10 euros par page reproduite de texte.

Par image reproduite, un montant maximal de 5 euros peut être demandé au patient.

Si une ou plusieurs pages sont reproduites sur un support numérique, un montant maximal de 10 euros peut être demandé pour l’ensemble des pages reproduites.

Le coût d’une copie d’un dossier ne peut dépasser 25 euros.

Chaque copie reçoit la mention « strictement personnel et confidentiel ».

Le professionnel ne délivre pas de copie s’il dispose d’éléments indiquant que le patient subit des pressions afin de la communiquer à des tiers (ex. employeur, compagnie d’assurance).

Accès au dossier du patient décédé par des proches

Après le décès du patient, le partenaire et les parents jusqu’au deuxième degré inclus (les parents, les enfants, les frères et les sœurs, les petits-enfants et les grands-parents) peuvent consulter le dossier de patient indirectement, par l’intermédiaire d’un praticien professionnel, aux conditions suivants :

· Le patient ne peut pas s’être opposé de son vivant à cette consultation.

· La demande de consultation doit être motivée et les raisons invoquées doivent être suffisamment sérieuses pour constituer une exception au droit de protection de la vie privée du défunt. Les raisons possibles sont : la suspicion d’une faute médicale, pour dépister les antécédents familiaux, etc.

· Le droit de consultation est limité aux données qui sont en lien avec les raisons invoquées par les membres de la famille.



6. La protection de la vie privée

Sauf avec l’accord du patient, seules les personnes nécessaires sur le plan professionnel peuvent être présentes lors d’un examen ou du traitement.

L’information concernant l’état de santé du patient ne peut pas être communiquée à des tiers sauf exceptions prévues par la loi.



7. L’introduction d’une plainte auprès de la fonction de médiation compétente

Lorsqu’un patient estime que l’un de ses droits en tant que patient est bafoué, il peut introduire une plainte auprès d’un service de médiation local ou fédéral. La personne concernée peut la faire accompagner par une personne de confiance qu’elle a choisie.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Mon blog : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Admin
Admin

Messages : 635
Date d'inscription : 15/12/2010
Age : 64
Localisation : Belgique

http://chestrolaise22.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum